Déportée à Ravensbrück. Déportée en Sibérie.

Tornar a Llibres

Déportée à Ravensbrück. Déportée en Sibérie.

Déportée à Ravensbrück. Déportée en Sibérie.
  • MARGARETTE BUBER-NEUMANN
  • Pont Seuil
  • 1995
  • Frances
    • Llibres
    • Testimonio

Déportée en Sibérie. En 1926, à vingt-cinq ans, Margarete BuberNeumann, qui était née à Potsdam, entre au parti communiste allemand. Après un premier mariage, elle devient la compagne de Heinz Neumann, l’un des leaders du Parti, auquel il avait adhéré dès l’âge de dix-sept ans. Heinz était député au Reichstag et membre du bureau politique et, comme tel, il jouera un rôle très important dans la vie politique allemande au cours des années décisives qui précédèrent l’arrivée au pouvoir de Hitler. Ayant fui le nazisme en Suisse – qui refusera l’extradition réclamée par Hitler -, le couple se retrouvera à Moscou. Mais, en 1937, Heinz est arrêté et disparaît. Plus tard, Margarete, jugée à son tour “déviationniste”, est arrêtée et condamnée à cinq ans de travail forcé dans un “camp d’amélioration”, à Karaganda, dans les steppes du Kazakhstan sibérien. Un “geste d’amitié” de Staline à Hitler, en 1940, lui vaut d’être livrée à la Gestapo, avec d’autres prisonniers allemands et autrichiens, à Brest-Litowsk. Margarete sera internée au camp de concentration pour femmes de Ravensbrück, d’août 1940 jusqu’en avril 1945. C’est dans ce camp qu’elle rencontrera Milena Jesenska, célèbre journaliste tchèque à qui, au début des années vingt, Kafka avait adressé les magnifiques Lettres à Milena. En 1963, Margarete consacrera à son amie un bouleversant témoignage d’amour, Milena, tenant ainsi la promesse qu’elle avait faite à Milena, alors que celle-ci, en mai 1944, agonisait à l’infirmerie du camp. Après la guerre, le témoignage de Margarete BuberNeumann au procès Kravchenko devait faire sensation : C’était la première fois qu’un témoin digne de foi venait attester l’existence des camps de déportés politiques en Sibérie.

Recursos relacionats Llibres